Pousset : Rauwolfia vomitoria

Document disponible au laboratoire de chimie du Muséum National d’Histoire Naturelle
63 rue Buffon 75005 Paris

Site créé le 24 octobre 2004 Modifié le 17 février 2006
Plus d'information! Table des matières de la thèse Copie de la page de couverture


Thèse présentée à la Faculté des sciences de l'Université de Paris

pour obtenir le grade de Docteur es-sciences physiques

par

 

Jean Louis Pousset

 

Etude des alcaloïdes des feuilles du Rauwolfia vomitoria Afz. Stéréochimie des alcaloïdes oxindoliques

 

soutenue le 21 décembre 1967

 

devant la commission d'examen :

Prévost, C., président

Janot, M. M., Fétizon, et Poisson, J., examinateurs

 

 

INTRODUCTION

Depuis plus de trente ans le Professeur M.-M. JANOT s'est consacré à l'étude des alcaloïdes et en particulier à ceux des Apocynacées, dont les propriétés toxiques et thérapeutiques intéressent de nombreux chercheurs.

 

Sous sa direction deux équipes dirigées par M. le Docteur R. GOUTAREL et M. le Professeur LE MEN se préoccupent plus spécialement à l'Institut de Chimie des Substances Naturelles de Gif-sur-Yvette des alcaloïdes stéroïdiques, tandis que d'autre part, deux autres équipes à la Faculté de Pharmacie, dirigées par M. M. les Professeurs LE MEN et POISSON explorent le domaine des alcaloïdes indoliques.

 

Les alcaloïdes des racines du Rauwolfia vomitoria ont été particulièrement bien étudiés par M. le Professeur J. POISSON et c'est sous sa direction qu'il m'a été possible d'aborder l'étude des feuilles de ce même Rauwolfia choisi comme sujet de thèse.

 

L'extraction de ces feuilles a conduit à l'isolement de plusieurs alcaloïdes nouveaux plus particulièrement de type oxindolique.

 

La mise au point de méthodes stéréochimiques pour l'étude de ces derniers a permis en outre de préciser la structure d'autres alcaloïdes oxin-doliques.

 

PARTIE THÉORIQUE

GÉNÉRALITÉS SUR LES RAUWOLFIA

La classification botanique des Rauwolfia est loin d'être parfaitement définie, car les espèces sont nombreuses et n'ont réellement commencé à susciter de l'intérêt que depuis 1952, année de l'isolement de la réserpine à partir des racines du Rauwolfia serpentina par MULLER, SCHLITTLER et BEIN.

 

Le genre Rauwolfia appartient à la famille des Apocynacées. Il relève de la sous-famille des Plumieroïdées où se trouve la quasi totalité des espèces à alcaloïdes indoliques. il est inclus dans la tribu des Rauwolfiées, sous-tribu des Rauwolfiinées. Il existe au moins 90 espèces différentes originaires de l'Asie, de l'Amérique centrale, de l'Afrique tropicale et même de l'Océanie.

 

Une classification a été proposée par PICHON en 1947 et par RAO en 1956 pour les espèces américaines.

 

Plus de 70 alcaloïdes indoliques ont pu être isolés des racines des Rauwolfia. Ils sont répartis en cinq groupes principaux dérivés de la réserpine, de l'ajmaline, de l'ajmalicine, de la yohimbine et de la sarpagine et leur fréquence dans les diverses espèces a permis une étude chimiotaxinomique du genre Rauwolfia .





MOTS CLEFS : ajmalicine / ajmaline / alcaloïde / apocynacée / chimiotaxinomie / classification / étude / extraction / feuille / goutarel / indolique / isolement / janot / muller / oxindolique / pichon / plumieroïdée / poisson / racine / rao / rauwolfia / réserpine / sarpagine / schlittler / serpentina / structure / thérapeutique / toxicité / vomitoria / yohimbine



visiteurs