Duval : Technique d'électrotitrage
Plus d'information! Copie de la page de couverture


Prix Raymond Berre

1953

par

Clément DUVAL

Laboratoire de Recherches micro-analytiques

E.N.S.C.P.   11, Bue Pierre Curie

(avec la collaboration technique de Thérèse Dupuis, Raymonde Duval, Micheline Jacquinot, Christiane Ott, Andrée Quilliet et Raymond Viltange).

 

NOUVELLE TECHNIQUE GENERALE D'ELECTROTITRAGE DIFFERENTIEL

 

Nous avons mis au point une nouvelle technique et construit un appareil permettant d'effectuer à l'échelle semi-micro, la plupart des dosages volumétriques connus et surtout d'en créer d'autres. Le même appareil peut, par emploi d'une microburette et de vases de conductibilité convenables, amener tous ces dosages à l'échelle micro-analytique.

 

Conclusion.

1°) On donne le principe d'une nouvelle méthode d' électrotitrage différentiel qui présente sur celle du pont de Kohlrausch des avantages marqués. Nous l'avons jusqu'ici utilisée pour des prises d'essai comprises entre 1 et 10 ml, la quantité de substance à doser ne descendant pas au-dessous de 8 gammas.

 

2°) Pour exécuter cette méthode, nous, avons réalisé un appareil très simple, compact, peu encombrant, transportable. La méthode n'exige aucun calcul et il n'est même pas nécessaire de construire la courbe d'électrotitrage.

 

3°) Nous n'avons exposé ici que le principe. Le résultat de tous les dosages exécutés - y compris les nouveaux que nous proposons - classés par ions est en cours de publication dans Analytica chimica Acta.

 

4°) La théorie de ce dosage ne peut pas encore être fournie pour l’instant.

 

Rapport sur le Mémoire de M. Clément DUVAL intitulé

Dans ce Mémoire, l'auteur présente un montage original qu'il a réalisé lui-même au Laboratoire de Recherches micro-analytique de l'E.N.S.C.P. et qui a pour but d'effectuer des titrages d'oxydo-réduction, de précipitation et de neutralisation, soit à l'échelle macro , soit a l'échelle semi-micro, soit à l'échelle micro-analytique.

 

L'auteur a d'abord donné des dosages connus, puis il a appliqué, avec l'aide de la nouvelle technique, la méthode volumétrique à des réactions utilisées seulement en gravimétrie ou non proposées jusqu'ici en analyse faute de connaître un indicateur convenable de pH, d'absorption de fluorescence ou d'oxydo-réduction.

 

La méthode constitue une modification heureuse du pont bien connu de Kohlrausch et utilise un montage différentiel pour éviter de faire des corrections incertaines de température, de conductibilité de l'eau, de self et de capacité. On supprime une ou plusieurs boites à résistances toujours coûteuses et l'équilibre du pont s'obtient immédiatement au départ quelle que soit la résistanœe, grande ou faible, du liquide à doser. L'originalité de la méthode repose sur le fait que les deux vases symétriquement disposés reçoivent initialement le même volume de liquide de concentration inconnue, puis, alternativement, des fractions égales de réactif titré, mais l'un des vases se trouve toujours en avance d'un dixième ou d'un vingtième de cm3 sur l'autre. Dans ces conditions, on obtient en portant en ordonnées les indications du potentiomètre et en abscisses, les volumes de réactif versé, deux courbes hyperboliques (au début et à la fin) dont l'auteur a établi les équations; mais d'une manière tout à fait inattendue, ces courbes, pour un pH convenable, se coupent au point d'équivalence, en donnant le volume de réactif nécessaire avec une précision comprise entre 0,5 et 1,4 %. En particulier, il n'est pas nécessaire de dessiner ces courbes, ce qui gagne du temps; il suffit de choisir l'instant précis où la différence entre les lectures au potentiomètre change de signe, ce qui évite de continuer le dosage après avoir franchi le point d'équivalence.

 

Ce montage est appelé à rendre de grands services dans les laboratoires d'enseignement et dans les laboratoires d'usine ; ses résultats sont immédiatement interprétables par un assistant technique et il permet chaque jour d'étendre le champ de la titrimétrie minérale ou organique, aussi bien avec des prises d'essai de 0,5 cm3 ne contenant que quelques gammas de substances qu'à des prises de 5 ou de 25 cm3 dans lesquelles on doit doser des milligrammes de produit.



visiteurs